L'endométriose c'est quoi

L’endométriose est une maladie gynécologique qui atteint la femme réglée responsable de douleur et/ou d’infertilité.
Elle concerne environ 10% des femmes.
Le retard au diagnostic de cette pathologie est estimé aujourd’hui à 7 ans.
La définition est histologique : elle est en effet définie par la présence de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine.

Il existe plusieurs théories expliquant la survenue de l’endométriose. La plus probable est la théorie du reflux menstruelle. Lors de la période de règle, du sang accompagné de cellules d’endomètre vont refluer par les trompes de Fallope jusque dans la cavité abdominale. Chez la majorité des femmes ces cellules d’endomètre vont être éliminées, mais chez certaines (environ 10% des femmes) à cause de phénomènes hormonaux et/ou immunitaires celles-ci vont s’implanter et donner des lésions.


Il existe quatres formes d’endométriose :

  • L’endométriose superficielle : nodule de petite taille posé sur le péritoine (le tissu enveloppant les différents organes présent dans la cavité abdominale) sans infiltration en profondeur.
  • L’endométriose profonde : nodule de plus ou moins grande taille infiltrant le péritoine en profondeur et dans les organes ou ligaments.
  • Les endométriomes : kystes d’endométriose présents sur les ovaires.

L’adénomyose : endométriose localisée au sein de la paroi musculaire de l’utérus.

symptômes

Les symptômes sont très variés selon les femmes, ils sont souvent cycliques :
Douleur de règle (dysménorrhée), règles abondantes (ménorragies)
Douleur pelvienne en dehors des règles
Douleurs lors des rapports sexuels (Dyspareunie)

  • Symptômes digestifs : Ballonnement, douleur lors de la défécation (dyschésie), sang dans les selles
  • Symptômes urinaires : Douleur lors de la miction, sang dans les urines, difficulté à uriner (dysurie), mictions fréquentes le jour et/ou la nuit (pollakiurie)
  • Dysfertilité : Concerne environ 30% des femmes atteintes d’endométriose
  • D’autres symptômes peuvent être également rapportés : Douleur irradiant dans les épaules (Scapulalgie), douleur ombilicale, douleur sur cicatrice, Fatigue chronique, troubles fonctionnels intestinaux, lombalgie, cruralgie, sciatalgies.

diagnostic

Le diagnostic repose sur un interrogatoire précis et méticuleux de chaque patiente.

L’examen clinique gynécologique (comportant palpation abdominale, examen sous
spéculum et touchers pelviens).
Les examens complémentaires de références sont :

  • L’échographie pelvienne (par voie endovaginale) qui est l’examen de première intention.
  • L’IRM abdomino-pelvienne : Qui pourra comporter selon les radiologues: préparation par lavement, injection anti-spasmodique en début d’examen, opacification par gel intra-vaginal et/ou intra-rectal.